Ève Chabanon Chapter 4: Sold
today
expo
23 APR — 4 SEP

Avec un collectif de "non-producteurs", Ève Chabanon s'interroge sur les conditions du travail culturel.

Une économie de la perte se situe en marge de notre flux de production exténuant. Selon la loi du profit, les non-producteurs génèrent de la perte, de l’excès, de la dette. Les "non-producteurs" sont un collectif de créateurs en exil qui se rassemblent autour d’un questionnement sur la valeur attribuée au travail culturel. Le surplus auquel ils donnent forme est incalculable et opère à travers des transferts de savoirs et de pratiques. L'exposition présente un nouveau chapitre du projet “Le Surplus du non-producteur” que Chabanon développe collectivement depuis 2016. “Chapter 4: Sold” présente une installation, des sculptures en céramique et des vidéos qui nous invitent à explorer une certaine économie des marges.

Les tasses de l’exposition sont en vente. Vous pouvez vous adresser à l’accueil pour plus d’informations sur la liste des prix. Paiements uniquement par carte.

La vente de l’édition limitée Surplus produite pour ‘Chapter 3: Living in Reality’ à la Westfälischer Kunstverein, Münster, se poursuit au Beursschouwburg. Au fil des chapitres, les invendus s'accumulent et deviennent une devise à part entière. La valeur des tasses suit sa propre courbe de valeur et continue ainsi sa croissance exponentielle. Le surplus perdure à travers les restes d’une édition précédente.

 

VERNISSAGE LE VENDREDI 23 AVRIL, 14:00-21:30

HEURES D'OUVERTURE
mercredi - samedi
de 15:00 à 20:00

exception: 24 août - 4 sept >> 12:00 à 18:00

 

BIO

Ève Chabanon (née en 1989, Poissy, France) vit et travaille à Bruxelles. Elle a obtenu un diplôme de la Haute École des Arts du Rhin (HEAR) à Strasbourg en 2013 avant de poursuivre un master en commissariat à la Sorbonne à Paris en 2014. Elle a ensuite participé à l'Open School East à Londres et à Margate en 2016. Elle a effectué plusieurs résidences, notamment à la Maison Blanche à Dagenham en 2017, au FRAC Grand Large à Dunkerque en 2018 et au Te Whare Hera à Wellington, en Nouvelle-Zélande, où elle a présenté sa première exposition solo Eating Each Other en 2019. Elle a reçu le prix Sciences Po pour l'art contemporain en 2018 pour son projet The Anti-Social Social Club : Episode One, The Chamber of the Dispossessed. Ses œuvres ont été exposées en France dans le cadre de La Manutention, un programme de performances au Palais de Tokyo (2018), au Parc Saint Léger (2016), et au CAC Chanot, Clamart (2019). D'autres chapitres tirés de The surplus of the non-producer ont été présentés à Lafayette Anticipations (2018), à Bétonsalon - Centre d'art et de recherche, Paris (2020) et au Westfälischer Kunstverein, Münster (2020).

LES NON-PRODUCTEURS 

Yara Al Najem (née en 1990, Syrie) est une artiste graphique diplômée en communication visuelle de l'université de Damas en 2012. Elle a commencé à partager ses affiches et ses dessins sur les médias sociaux pendant le soulèvement social de 2011 en Syrie, et ses œuvres ont été inclues dans l'exposition Al Carama Ela Ayn en Jordanie en 2012, Aswat Sorya en Suisse en 2013, et Imago Mundi en Italie en 2015. Elle a travaillé pour InCoStrat de 2013 à 2016, et pour Ark Group DMCC, de 2012 à 2013.

Abou Dubaev a commencé à travailler comme sculpteur sur bois en République tchétchène à l'âge de 17 ans, avant de se spécialiser dans le travail du plâtre et du stuc. Dans les années 1980, il a commencé à travailler comme cogérant d'une entreprise de moulage, et avec le soutien de La Fabrique nomade, il poursuit aujourd'hui ses activités de restaurateur, de mouleur et de sculpteur travaillant sur des détails architecturaux pour des musées, des monuments historiques et des designers.

Olivier Iturerere (né en 1988 au Burundi) est le fondateur de la société de production ITULIVE Media & Communications. Il a produit et réalisé plusieurs films dont Kilo 8, Welcome Home et The Springboard. Après avoir terminé ses études en cinéma à la Fémis en 2016, il a enseigné au centre SAPPEJ à Paris et a ensuite travaillé comme directeur de production chez billie ness, une société de production française, et comme directeur de production à l'association Exilophone.

Nassima Shavaeva est une chanteuse et danseuse ouïgoure. Originaire du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan, elle se produit généralement avec son conjoint Azamat Abdurakhmanov. Le couple a donné de nombreux spectacles et a sorti le disque Laïra en duo. Depuis que Nassima Shavaeva s'est installée en France en 2016, elle cherche à développer son répertoire en collaborant avec différents musiciens comme Elie Maalouf ou Wael Alkak.

Aram Ikram Taştekin (né en 1988 au Kurdistan turc) est auteur dramatique et acteur. Il a étudié le théâtre et l'art-thérapie et se spécialise aujourd'hui dans l'enseignement du théâtre aux enfants, en plus d'être un acteur de théâtre, de cinéma et de télévision. En 2016, il a été directeur des affaires culturelles de la ville de Lice (Turquie) avant de fuir en France où il a obtenu l'asile politique en 2017. Il a poursuivi ses études à l'université Paris 8 et à l'INALCO et a assisté Peter Brook et Marie-Hélène Estienne sur la pièce Why. Il est membre de l'agence des artistes en exil depuis 2017.

Abdulmajeed Haydar (1960, Syrie) est un scénariste palestinien originaire de Syrie. Il a écrit des scénarios pour plusieurs séries télévisées ainsi que pour des courts et longs métrages. Il a organisé une soirée littéraire et cinématographique dans un camp de réfugiés palestiniens en Syrie en 1987, et a écrit des séries basées sur le théâtre interactif qui ont été perçues comme étant anti-régime avant d'être censurées et mises sur liste noire. Il a mis en scène TKHAREEF au Théâtre national de Damas (2000), a collaboré avec Liwaa Yazji sur le documentaire Haunted (2014) et a écrit La fenêtre (2018), qui a été jouée à Paris avec le soutien de l'agence des artistes en exil.