Meggy Rustamova Horaizon
film premiere
WE 24.11 20:30

Étant des millions à habiter les grandes villes, nous oublions l'importance de la nature et des paysages pour notre santé.

Horaizon, Meggy Rustamova, 2021, 11’ (première)

À une époque où la confrontation écologique entre la nature et les humains atteint un point de non-retour, les scientifiques sont nombreux à suggérer que les événements actuels résultent de l'intrusion des humains dans la nature, qu'ils occupent trop d'espace sur cette planète. Étant des millions à habiter les grandes villes, nous oublions l'importance de la nature et des paysages pour notre santé. Dans Horaizon, des touristes traversent les frontières à la recherche de paysages sublimes, tout en laissant une empreinte qui détruit inévitablement ces merveilles de la nature. Le film est tourné aux quatre coins du monde : entre autres en Belgique, en Islande, en Arizona et à New York. Les horizons, les couchers de soleil et les conditions météorologiques de ces lieux constituent le fil conducteur du film.

Ritual, Paulius Sliaupa, 2020, 6’49”

Ritual introduces an alternative fragile relationship with the world. The character moves slowly in an empty field surrounded by vertical branch drawings that remind us of human figures and archaic structures. She adapts and nurtures an alternative society that has the potential to become a forest.

Prossimo, Emanuele Dainotti, 2020, 4’20’’

A peasant family is vaccinating its animals. A spillover event occurs when a reservoir population with a high prevalence of pathogens comes into contact with a new host population. 

Where there is no point, Florinda Ciucio & Aisha Adepoju, 2016, 8’

Where there is no point deals with the perception of the sea by people who crossed it, aiming for a better future. After the difficulties people faced on the sea, do they look at it in a different way?

 

La projection sera suivie d'une conversation avec la cinéaste Meggy Rustamova et la commissaire Dagmar Dirkx (en anglais).

 

QUI ?

Meggy Rustamova (°1985), née à Tbilissi en Géorgie, vit et travaille à Bruxelles et à Sint-Niklaas. Elle a obtenu son master en arts visuels au KASK de Gand (2006-2011), a étudié à l'Universität der Künste de Berlin (2010) et a complété le cursus post-universitaire au HISK (2012-2013). Au cours des dernières années, Meggy Rustamova a développé une œuvre interdisciplinaire composée d'œuvres photographiques, de vidéos, d'installations et de performances. Son travail offre un regard singulier et poétique sur la relation entre la mémoire individuelle et collective, entre le langage comme communication et le vocabulaire visuel. Elle cherche à traduire les tendances et les questions sociales contemporaines dans son travail, souvent par le biais de micro-histoires. La beauté de ses images, souvent d'apparence optimiste, cache une certaine mélancolie ou un désir d'utopie.

Aisha Adepoju was born in Germany (1995) and studied documentary film at RITCS in Brussels. Photography, illustrations and images from daily life are important sources of inspiration for her work. Her research on media brings her to explore new and more interactive ways to approach the social and artistic worlds.

Paulius Šliaupa, born in Vilnius, Lithuania (1990), holds a BA in painting and an MFA in contemporary sculpture from the Vilnius Academy of Arts as well as an MFA in media arts from KASK, Ghent. His works explore the relationships between culture and nature; the interaction of ambience and light that affect our daily lives. From video installations and experimental film to objects and paintings, his work encompasses a wide range of artistic media.

Emanuele Dainotti (Italy, 1987) is an artist and filmmaker whose work has been exhibited and awarded in many exhibitions and film festivals such as Museum of the Moving Image (USA), Louvre Museum (France); FIVAC (Cuba), Museu de Arte Moderna do Rio de Janeiro (Brazil), Rencontres Internationales Paris (France) among others. He currently lives and works in Antwerp, Belgium.

Dagmar Dirkx (°1993) a étudié l'histoire de l'art à la KU Leuven en Belgique. Dagmar a écrit des critiques et des essais pour De Witte Raaf, Metropolis M et rekto:verso. En tant qu'autrice et historienne de l'art, elle est régulièrement sollicitée par des artistes et des institutions culturelles telles que STUK Huis voor Dans, Beeld en Geluid ou CIAP Kunstverein. En tant que commissaire de recherche, Dagmar mène un projet de recherche sur histoire sur l'art vidéo en Belgique dans les années 70 pour ARGOS, le centre des arts audiovisuels de Bruxelles.