Silke Sarens L’écho de la Balle
film BE premiere
WE 27.10 20:30

Silke Sarens' first film accompanied by work from Maaike Neuville and Guillaume Vandenberghe & Raphael Kolacz.

DE ECHO VAN DE KOGEL  Silke Sarens (BE première)
2021, 21’30” 
en néerlandais, sous-titré en français et anglais 

Le 23 février 2013, le père de Silke est assassiné au Mexique. À l'aide de son dernier itinéraire, elle part à sa recherche en captant les échos laissés par la balle dans le vide. Sa propre voix tente de rendre visible non seulement son absence, mais aussi celle d'une criminalité latente.

Silke Sarens vit et travaille à Bruxelles, où elle a étudié la photographie à LUCA School of Arts. Dans sa quête de rencontres et de liens, la famille est un sujet récurrent. L'écho de la balle est son premier film.

ROUWDAGBOEK (JOURNAL DE DEUIL) Maaike Neuville
2018,  15’20”
en Néerlandais, sous-titré en anglais

"Et je sais que, toute ma vie, je serai ballottée entre le doux bonheur de sentir ta présence dans tout ce qui m'entoure et la réalisation parfois atrocement simple que je ne pourrai plus jamais te tenir dans mes bras."

Des instants filmés par une fille qui a perdu sa mère. Le lâcher prise, la chute et le relèvement, tous contenus silencieusement dans la simplicité de ces images autobiographiques. Un film comme processus de deuil.

Maaike Neuville est une actrice de théâtre et de cinéma, une cinéaste et une écrivaine belge. Elle a joué dans de célèbres séries télévisées flamandes telles que De Dag et De Twaalf et dans des films tels que All of Us, Ghost Tropic, Goltzius et the pelican company. Depuis 2010, elle est également active en tant que réalisatrice de films. Après avoir terminé l'année de master en cinéma à la Luca School of Arts (2012/2013), elle a réalisé quatre courts métrages, dont son film de fin d'études Sonnet 81 avec lequel elle a remporté une VAFWildcard et le prix du meilleur premier film au Festival international du court métrage de Louvain. Avec cette wildcard, elle a réalisé le court métrage Perfect Darkness, qui a été salué dans de nombreux festivals internationaux de courts métrages. Elle prépare actuellement une mini-série, Is a woman, qu'elle a écrite et qu'elle réalisera elle-même. Elle travaille également sur son premier long métrage.

 

 

L’ÂME EST VAGABONDE  Guillaume Vandenberghe & Raphaël Kolacz
2009,  9’30”

Le 29 juin 2009, le peintre Philippe Vandenberg a décidé de mettre fin à ses jours. Il était dans son appartement à Bruxelles. Son fils y retourne…

Direction and production: Guillaume Vandenberghe, camera: Guillaume Vandenberghe and Raphaël Kolacz, editing: Effi Weiss, sound: Marco Saez Martinez, music: Thomas Smetryns.

Guillaume Vandenberghe vit et travaille à Bruxelles. Ses précédents documentaires sont Cinéma Inch'allah ! (2012) et Rien n'est pardonné (2017). L'âme est vagabonde est le dernier court-métrage de la trilogie Trois Lettres sur son père, le peintre Philippe Vandenberg, qu'il a co-réalisé avec Raphael Kolacz.