© Dennis Tyfus
© Dennis Tyfus

Beursschouwburg est un centre des arts multidisciplinaire, situé en plein cœur de Bruxelles. Vous y êtes la bienvenue pour des représentations de théâtre, des spectacles, des films, des concerts, des expositions, des débats, des fêtes et un bon petit verre au BeursKafee. Beursschouwburg est réputé pour être une maison qui offre une plate-forme aux artistes jeunes et innovateurs. Vous y découvrirez donc aujourd’hui les têtes d’affiche de demain.

mission statement

Le Beursschouwburg ne représente pas uniquement un amas de briques dans le centre de Bruxelles mais c’est avant tout une plateforme d’inspiration pour les arts. Ici les artistes réfléchissent, exposent, éliminent et recommencent le tout en dialogue constant avec des bruxellois créatifs et pensants. Le Beursschouwburg est un foyer créatif, où l’art est un plat qui est servi quand il est encore chaud. Un lieu qui permet ici et là aux artistes d’intervenir dans la programmation. Où il y a plus dans la vie que l’art. Où le jeu, la fête, la rencontre et la folie dansent tous ensembles.

Le Beursschouwburg fait cela par:
► un choix précis pour de jeunes artistes (qui sont actifs à Bruxelles et à l’étranger)
► une approche multidisciplinaire intégrée qui souhaite avant tout mettre le créatif en valeur et pas seulement ce qui est de l’ordre de l’artistique
► une programmation à trois vitesses au lieu de saisons et festivals
► une incontournable vue sur la ville
► un emplacement central étant un lieu ouvert de rencontres
► mettre en place des collaborations sincères et complémentaires (internationales)

artistes associés

2017-2021

Louis Vanhaverbeke, Nastio Mosquito, Christina Stuhlberger et Hana Miletić

2016-2017

Empty Taxi
http://emptytaxii.com

2015-2016

Alpage Records
http://alpagerecords.com/news

2013-2016

L’Amicale de Production

L'Amicale de production est une coopérative de projets, qui édite des formes transversales, à cheval entre les arts visuels et le spectacle vivant. L’Amicale mène une expérience coopérative pour répondre à des questionnements esthétiques, technologiques et économiques liés aux nouvelles écritures de la scène.
“Nous développons une réflexion autour de la production de formes hybrides et essayons de rester au plus près des projets, dans un souci constant de justesse vis-à-vis de leurs auteurs.” Née en 2010, ses bureaux sont situés à la Malterie, à Lille et au Beursschouwburg, à Bruxelles, où l'Amicale est nouvellement associée pour 4 ans.

http://www.amicaledeproduction.com

Miet Warlop

Miet Warlop (Torhout, 1978) est une artiste belge de l’art figuratif et de l’art théâtral qui a comme fief Bruxelles. Après sa formation comme Master des Arts Visuels à la KASK à Gand, où elle a étudié l’Art Tridimensionnel, elle a remporté le Prix du Jury Franciscus Pycke de la KASK (2004) et le Prix Jong Theater de Theater aan Zee à Ostende avec sa performance de fin d’études Huilend Hert, Aangeschoten Wild. Bon nombre de performances, d’actions, d’interventions et de scénographies ont suivi. Sous le titre Grote Hoop/Berg (2006-2008) elle a créé un nombre de performances visuelles, dont Proposition 1: Reanimation; Proposition 2: Reconstruction et Proposition 3: Play the Life. Par la suite elle a créé Springville (Buda & CAMPO, 2009), un mouvement de chaos, d’espérance et de surprises de cinquante minutes qui a été nominé pour le Theaterfestival 2010. En 2010 elle a également présenté Talk Show, une lecture/performance en collaboration avec Hilde D'haeyere qui traite de l’impact des cascades des comédies tarte à la crème sur une performance verbale.
Après un séjour de deux années à Berlin, où elle s’est consacrée aux œuvres visuelles et où elle a développé une nouvelle série d’actions dynamiques, elle a créé Mystery Magnet (CAMPO, 2012): une performance dans laquelle six artistes montent une installation hors mesure, pour conclure avec une image finale éclatante. Aujourd’hui encore la performance sillonne le monde.
Depuis septembre 2012 elle est rattachée comme artiste à Beursschouwburg. Elle a entre autres organisé chez nous le projet Alligator, un projet et travail collectif qu’elle a mis sur pied avec Reggie Watts, Michael Portnoy et Ieva Miseviciuté, une quête d’opportunités sans compromissions. Depuis elle explore les différentes possibilités de son art figuratif et des performances Nervous Picture, avec des projets et des invitations aussi bien du monde de l’art figuratif que de celui du théâtre. En 2013 elle a présenté les résultats à la Baltic Triennale of International Art à Vilnius, à la Lisson Gallery à Londres et à la Blue Project Foundation à Barcelone.
Fin 2014 Miet Warlop a présenté DRAGGING THE BONE, dont la première a eu lieu chez nous le 3 octobre.

http://www.mietwarlop.com

Gerard-Jan Claes & Olivia Rochette

From 2013 until 2016 the Brussels-based directors Olivia Rochette (1987) and Gerard-Jan (1987) Claes are the Beursschouwburg’s artists in residence. They graduated in 2010 from the School of Arts - KASK with Because We Are Visual. This documentary allows the viewer to discover the world of public video journals.
In 2012 they made the poetic documentary Rain about the transmission of Anne Teresa De Keersmaeker’s contemporary choreography Rain to the Ballet de l'Opéra National de Paris. Besides Zéro de Conduite, they also co-founded Sabzian. This website is a collection of online reflections on cinema and maps, cinephile events in Belgium and surroundings. In 2014 they started shooting their second documentary with Savage Film: Grands travaux.

http://www.claes-rochette.be

historique Beursschouwburg

Le bâtiment

Le bâtiment qui abrite le Beursschouwburg actuel a subi de nombreuses transformations. C’est en 1885 que fut construite la Brasserie Flamande à la rue Auguste Orts par un architecte inconnu. Dans le bâtiment on trouvait un magasin, une salle des fêtes et un café. En 1922 la Brasserie fut étendue et en 1946 elle fut transformée en Théâtre de la Bourse, une salle utilisée par toutes sortes de compagnies.

La salle des fêtes au premier étage fut convertie en une ‘salle italienne’ par l’architecte Jacques Cuisinier, qui en 1958 créa aussi le Centre International Rogier, mieux connu sous le nom de Tour Martini.

En 1997 le ministre de la Culture de l’époque lança un concours d’architecture pour la rénovation (devenue indispensable) du bâtiment de Beursschouwburg. Le concours fut remporté par DHP-architecten et B-architecten.

Les travaux de rénovation durèrent de 2001 à 2004. Le 5 février le Beursschouwburg rénové ouvrit ses portes avec une fête qui dura 10 jours.

Evolution de l’organisation / du fonctionnement

► Années 60
Durant les années 60 le besoin d’un réseau culturel flamand spécifique à Bruxelles se fit de plus en plus ressentir. Le 5 février 1965 le coup d’envoi fut donné de Beursschouwburg comme podium flamand en plein cœur de Bruxelles. Le directeur de l’époque, Dries Wieme, organisa peu à peu une propre compagnie théâtrale pour la salle des spectacles. De Werkgemeenschap vit le jour, une compagnie aux accents politiques prononcés. Mais bien vit le gouvernement, qui avait à l’esprit un rôle de centre culturel réceptif pour Beursschouwburg, mit fin à cette compagnie,

► Années 70
En 1970 Frans Van Langendonck reprend le relais de Dries Wieme. En 1972 Beursschouwburg tombe entre les mains de CCC (l’asbl Contact- en Cultuurcentrum) avec Jari Demeulemeester, le futur directeur de l’Ancienne Belgique, comme directeur artistique. A partir de 1974 il ‘agit d’une organisation propre, l’asbl Cultureel Animatiecentrum Beursschouwburg. C’est durant cette période que sont organisées les premières éditions du festival de ville Mallemunt, un festival en plein air annuel qui depuis est devenu légendaire et qui se poursuivra jusqu’en 1987 sur la place de la Monnaie.

Raymond van het Groenewoud et Willem Vermandere y esquissent les premiers pas de leur carrière, aux côtés de jeunes talents internationaux comme Tom Waits et les Dire Straits. En 78 le premier Rockrally est organisé en collaboration avec Humo.

Le théâtre pour jeunes aussi trouve une place à Beursschouwburg grâce à la programmatrice Oda Van Neygen (qui plus tard, en 1991, fondera le théâtre pour jeunes bruxellois BRONKS). A la fin des années 70 l’accent est plutôt mis sur ‘l’expérimentation’, avec e. a. l’organisation du Performance Art Festival. Beursschouwburg assume un rôle prépondérant au premier rang de l’art et du débat social. Il devient un port franc pour le nouveau théâtre, la danse moderne, l’art vidéo et la performance.

Jari Demeulemeester est succédé par Lieven Van den Broeck en 1977. En cette année Beursschouwburg est le moteur de Brusselement et du premier Kaaitheaterfestival. Pour la coordination du Kaaitheaterfestival il est fait appel à Hugo De Greef. En 1979 Dirk Vercruysse devient programmateur et Hugo Vanden Driessche directeur commercial de Beursschouwburg. Johan Wambacq était programmateur et chargé de la communication.

► Années 80
Pendant les années 80 Beursschouwburg représente the place to be. Jan Decorte, Anne Teresa De Keersmaeker, Ivo van Hove, Marc Didden, Jan Fabre, Jan Lauwers, ... tous y présentent leurs créations. Nous parlons de la naissance de la Vague Flamande. En 1984 Johan Wambacq est nommé programmateur pour les arts de la scène et est chargé de la communication.

Or sur le plan commercial et financier, la situation est plus sombre. Le bâtiment loué dépérit petit à petit et en 1983 il est racheté par le ministère de la Communauté Flamande. A la fin des années 80 la période de gloire est d’évidence terminée. Des problèmes financiers, l’état délabré du bâtiment et l’absence d’une vision claire dans la programmation entraînent une crise grave.

► Années 90
Avec Paul Corthout et par la suite Marijke Vandebuerie à sa tête, Beursschouwburg choisit résolument un nouveau cap à partir de 1991 : on mise à présent sur tous les Bruxellois, non plus seulement sur les Flamands à Bruxelles. La nouvelle équipe – avec entre autres Dirk Seghers, Dirk Verstockt et Patrick Moyersoen comme collaborateurs artistiques et Carine Meulders comme coordinatrice artistique – opte pour le travail en projets et pour un grand nombre d’interactions avec les maisons de la jeunesse, les centres sociaux,… afin d’impliquer la communauté multiculturelle autour du théâtre.

Cet engagement social s’exprime aussi au travers de l’occupation pendant dix jours de l’Hôtel Central, l’immeuble d’appartements en face du théâtre, comme protestation contre la construction d’un hôtel de luxe moderne à cet endroit. Une nouvelle fois Beursschouwburg devient un forum pour des expérimentations de tous genres, avec un mélange de créateurs mûrs et jeunes comme Pieter De Buysser et Benjamin Verdonck.

► A partir de 2000 : the nillies
Les travaux de rénovation indispensables au théâtre démarrent en 2001, ses activités devant ainsi déménager durant trois années à un garage/magasin abandonné de la rue de la Caserne sous le nom de BSBbis. Dirk Seghers et Carine Meulders qui constituent l’équipe artistique avec B-architecten aménagent de manière très inventive le bâtiment avec des sacs de sable comme parois pour la salle et des serres préfabriquées comme bureaux. Durant cette période Beursschouwburg mise sur de nouveaux artistes, il se montre ainsi révolutionnaire dans le débat artistique.

Un nombre de directeurs se succèdent rapidement : Marijke Vandebuerie est suivie par Carine Meulders, Guido Minne et Marie Droogmans comme directeurs généraux. A partir de 2002 la position de directeur commercial est assumée par Frederik Verrotte. Le 5 février 2005 le fonctionnement retourne au bâtiment rénové avec dix jours de fête. Après le retour le fonctionnement a de nouveau du plomb dans l’aile par toutes sortes de problèmes financiers et organisationnels. Il s’en suit une longue crise.

Cis Bierinckx reprend le flambeau en 2006 et rend à nouveau toute sa signification au Beursschouwburg, avec des spectacles d’entre autres Milo Rau et Meg Stuart. A partir de 2008 il est épaulé par Koen De Visschier comme directeur général. L’affluence escomptée n’a toutefois pas lieu, les problèmes financiers perdurent donc.

► Aujourd’hui
En 2012 Tom Bonte prend la tête comme directeur général et artistique, avec Helena Kritis chargée de la programmation cinématographique et de l’art figuratif et Vincent Tetaert comme programmateur musical. Tom Bonte ouvre le programme à un public aussi large que possible, avec un lien étroit avec la ville autour du théâtre. Les jeunes talents, la pollinisation croisée et les expérimentations occupent une position centrale dans des programmations très diverses de pratiquement tous les arts sur scène comme le cinéma, la musique et les beaux-arts. Beursschouwburg n’adopte pas une identité exclusive mais une identité polymorphe, qui cadre parfaitement dans la génération 2.0.

sponsors & partenaires


Avec le soutien de:

Stad Brussel
Vlaamse Gemeenschap: Administratie Cultuur
Vlaamse Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest
Brussels Hoofdstedelijk Gewest
Brouwerijen Alken-Maes
Marriott
Sabam for Culture

partenaires média:

Klara
bruzz
Mo*
HUMO

organes de direction

conseil d'administration

Agna Smisdom (président)
Pieter T'Jonck (secrétaire)
Jan Bulkmans (trésorier)
Paul Daels
Friedl' Lesage
Anne Niveau
Anna Van der Wee
Herman Van Laar
Frank Van Massenhove
Tim Driesen
Bilal Benyaich

assemblée générale

Agna Smisdom
Pieter T'Jonck
Jan Bulkmans
Paul Daels
Friedl' Lesage
Anne Niveau
Anna Van der Wee
Herman Van Laar
Frank Van Massenhove
Tim Driesen
Bilal Benyaich
Eddy Deruwe
Koen De Visscher
Annemie Neyts-Uyttebroeck
Bob Pleysier
Godfried Van de Perre

logo


logo.pdf
logo

design

Graphic design (à partir de 2017): Aterlier Brenda
Avant Joris & Terry Kritis, Julie Peeters
Website: Joel Galvez

copyrights

It is not in the policy of our website to violate any copyright. If you notice any violations, please contact us.

also part of